AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Une journee de plus en Enfer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
frere elric



Nombre de messages : 40
Date d'inscription : 14/12/2011
Age : 45

MessageSujet: Une journee de plus en Enfer   Sam 17 Déc 2011, 22:13

Hop, cela faisait un moment que je voulais m'atteler au depoussierage de l'histoire d'un des snipers les plus connus de mon regiment (avec les modif' de background de celui-ci que j'ai effectué il y a peu)
Donc "bonne lecture" (ou pas ), et faites-en ce qu vous voulez (commentaires, critiques ...etc... euh pas trop acerbes les critiques siou plait )

UNE JOURNEE DE PLUS EN ENFER , Episode 1 : Souvenirs

Le sergent Lurt, du 323e Régiment des Forets de Garrudda Secundus, ne se souvenait plus depuis combien de temps il était là, tapis dans ce trou malodorant qui avait dû être un jour une maison, dans un quartier autrefois résidentiel, dans ce qui fut autrefois la splendide capital du système sur Garrudda Prime.

Originaire de Garrudda Secundus, la planète forestière du système, il était le huitième fils de la famille ; Dans son village blotti contre les flancs de la montagne blanche sur les bords du lac Shirlm, dans le nord, sa ‘tribu’ (même si ce nom n’était vraiment plus d’actualité aujourd’hui) était composée de pécheurs, de chasseurs, de quelques fermiers, bien que les vieilles traditions guerrières avaient été maintenues vivaces pas les anciens, cela forgeait les jeunes comme disaient les vieux sages du village, mais Lurt ne trouvait rien d’agréable dans les passages initiatiques comme se retrouver seul, sans eau ni nourriture aux confins de la montagne blanche, ou bien dans l’épreuve de la fosse consistant dans un combat seul et sans arme face à deux énormes chiens sauvages. Non vraiment, lui préférait pister les animaux (une capacité dans laquelle il excellait) pour ensuite les tirer de loin avec son fusil (pour cela aussi, il était plutôt doué).
Son village, comme toute sa planète (et son système a bien y réfléchir), n’avait jamais subi d’attaque extérieur, ou d’invasion quelconque ; Jusqu’à ce jour maudit il y a quinze ans, ou un autre village était venu les attaquer en pleine nuit, pour rien, juste pour verser le sang. Cela avait été d’une rare sauvagerie, les assaillants bien qu’humain, étaient déformés par la colère, leurs yeux exorbites, la bave aux coins des lèvres, on aurait dit des fous. Vêtus de peaux de bêtes, ou pour certains de ce qui restait d’uniformes des FDP, leur crâne chauve arborait tatouages et scarifications dont les plus reconnaissables étaient une étoile a 8 branches ou un drôle d’idéogramme (que Lurt savait maintenant être le symbole du Dieu du Sang Khorne). En une nuit, Lurt avait tout perdu, son village, son peuple, sa famille, et il avait bien failli y laisser la vie lui aussi. Abandonne sur les bords du lac, le corps lacéré et une plaie béante à l’abdomen, il avait été laisse la, comme mort. Enfin c’était ce qu’on lui avait dit, dans la tente-hôpital du 323e Régiment des Forets.

Il y a longtemps, ce régiment n’avait été qu’une simple compagnie du 303e RESL de Garrudda Prime, envoyée sur sa planète pour y faire s’aguerrir en milieu hostile les soldats chevronnes ; Puis quand les premiers remous séditieux se sont faits ressentir, le gouvernement sur Prime (comme on disait alors) avait décidé d’augmenter les effectifs et le nombre de régiments, et le 323e des forets avait été créé ainsi (c’était il y a bien longtemps maintenant) mais qu’avait-il fait pour protéger son village, RIEN, enfin c’était ce que Lurt se disait, au début.

Soigne et remis sur pied, il avait fini par comprendre que le 323 avait été pris à parti sur toute la planète par des adeptes d’une secte du chaos (c’était la première, mais pas la dernière fois, qu’il entendait cette parole) vénérant le Dieu du Sang Khorne (depuis il avait appris qu’il y en avait d’autres). En trainant dans le camp militaire, il avait vu de jeunes recrues s’entrainer au maniement du fusil laser ; Dans la tente des officiers, il avait vu les cartes et les holo-plaques de rapports sur les destructions perpétrées par les adorateurs de Khorne, alors il avait décidé de s’engager, ce qui n’avait pas surpris l’officier instructeur. Bien sûr, les premiers temps avaient été durs, très durs. La rigueur militaire, pour lui qui vivait avant au rythme de la nature, avait été un calvaire, sans parler des entrainements diverses et varies. Cela était devenu plus supportable, quand un jour il avait réussi à mettre en difficulté le sergent-instructeur lors d’un exercice en forêt ou il avait démontré qu’il était bien plus qu’une simple recrue.

L’officier instructeur avait alors pris la décision de rechercher d’autres jeunes natifs de Secundus et il avait formé un groupe (une escouade comme il disait) spécialisé dans le pistage, plus tard il dirait de la Reconnaissance Tactique. Cette décision avait été bien accueillie par le commandement du 323e qui voyait son régiment s’engluer dans des combats de guérillas, ou les pertes étaient toujours trop nombreuses. C’est alors qu’il avait appris des nouvelles choses comme l’art du sabotage, le maniement des explosifs, et ce qu’il aimait le plus : le maniement du Fusil de Tir à Longue Distance. Cette petite merveille lui permettait de mettre une balle en milieu de cible à plus de huit cent mètres (et surement encore plus loin, il en était certain) sans aucun problème (enfin grâce à la lunette de visée).
La compagnie d’instruction avait été démantelée, et les soldats avaient été envoyés dans les compagnies qui en avaient besoin. L’escouade de Lurt, commandée par un sergent vétéran du nom de Zhyme, avait été entièrement reversée au sein de la 1ere Compagnie. On leur avait dit que c’était un honneur car la 1ere Compagnie était ultra décorée, mais ils s’en foutaient un peu à vrai dire.

Ils avaient fait leur boulot, et après cinq ans de bon service, l’escouade de Lurt s’était faite connaitre du commandement avec quelques bons coups d’éclats, leur valant au passage une médaille ou deux. Jusqu’au jour où, en mission de reconnaissance vers la montagne blanche, ils avaient trouvé la piste d’un groupe d’adorateurs du chaos qu’ils avaient suivi jusque dans le Canyon des 7 Vents, ils n’étaient alors pas tombe sur un groupe mais sur toute une compagnie de gardes renégats. Ils avaient fait leur rapport, et avaient fait en sorte que les pilotes des Walkyries et autres appareils de chasse puissent les trouver et les annihiler.
Lorsque la divine colère de l’Empereur leur tomba dessus, ce fut une expérience grandiose pour Lurt qui n’avait jamais assiste à un combat à grande échelle. Ce fut bref, intense, violent et meurtrier. Les renégats furent pris par surprise à la tombée de la nuit, leurs batteries anti-aériennes ayant été réduites au silence par les escouades de reconnaissance (comme celle de Lurt). Puis le gros de la 1ere Compagnie entra dans le tas, précédée par le vol meurtrier des Chuteurs de Deodia (les ‘Aigles Crieurs’ du 333e venant de Garrudda Tertis). Dans le feu de la bataille, le sergent Zhyme repéra une caverne illuminée, un rapide scan lui indiqua des présences de vies et du matériel dégageant électricité et chaleur ; Il fit déployer son escouade, Lurt en tête comme à chaque fois, pour enfin découvrir qu’il ne s’agissait rien de moins que du commandement des renégats, il y avait là des officiers, dont un colonel, et ce qui semblait être un sorcier (ou un prêtre) dont le dos avait été marque au fer rouge d’une énorme étoile a huit branches et son crane portait l’icône de Khorne. Chaque cible fut alignée, et Zhyme confirma l’ordre de les abattre tous à l’exception du colonel renégat. Inconscient de ce qui allait se passer, les renégats continuaient ce qui semblait être un rituel, mais alors que le prêtre vociférait et levait les mains vers le plafond de pierre, sa tête explosa sous l’impact des munitions explosifs des fusils sniper, les autres subirent le même sort, et le colonel quant à lui prit deux balles qui lui sectionnèrent les jambes en dessous du genou.
Alors que Lurt entrait dans la caverne, il eut un pressentiment, et eut juste le temps de se jeter à terre (chance que n’eurent pas deux de ses camarades qui furent fauches par un armement très lourd). Zhyme envoya 2 grenades dans le fond de la caverne et l’arme se tut, alors ils entrèrent et ce fut à ce moment-là qu’ils furent pris à parti par ce qu’ils apprendraient être un Techno-Prêtre renégat, son servo-harnais se terminait par deux énormes bras qui n’eurent aucun problème pour ouvrir en deux le sergent Zhyme qui s’était porte à sa rencontre, ce qui laissa juste le temps a Lurt d’attraper un fuseur qui trainait au sol, et malgré le fait qu’il n’avait jamais utilisé une telle arme il pointa cette horreur sur jambe et ouvrit le feu. Le techno-prêtre n’entendit que le chuintement de la fusion et l’instant d’après il se liquéfia sous l’effet du tir, mais même dans sa mort, le renégat réussit à tuer encore un garde, au moment où son matériel explosa envoyant des shrapnels de fer dans toute la caverne (à moins que ce fut une bombe, jamais Lurt ne le sut réellement).
Les combats, plus bas, firent rages durant des heures, mais lorsqu’enfin les renégats comprirent que leur commandement n’existait plus, ils prirent la fuite et furent pourchasses et annihiles assez vite. L’escouade de Lurt avait souffert, ayant perdue Zhyme et 3 camarades, les survivants n’en avaient pas moins une mission, celle de ramener ce qui restait du colonel renégat pour qu’il soit interrogé.
Dans leur descente, Lurt et ses camarades purent faire usage encore quelques fois de leur fusil sniper, et ils se permirent même de porter assistance à un officier du 333e, dont ils apprendraient par la suite qu’il était le commandant des Aigles Crieurs.

De retour au camp, ils purent enfin pleurer leurs camarades morts au combat, et respectant les rites funéraires de chacun les cérémonies furent promptement organisées, comme des centaines d’autres en même temps.
Les survivants de l’escouade passèrent ensuite devant un commissaire, puis un prêtre et ils reçurent enfin la ‘visite’ d’un Inquisiteur de l’Ordo Hereticus qui, après enquête, décida qu’ils n’avaient pas été souilles par le chaos (encore une chance se dit Lurt).

En quelques mois, la pression du chaos se fit moins forte, et sans être totalement sûr, on eut très vite l’impression que la guerre pour Garrudda Secundus était gagnée.
La dernière grande bataille fut livrée dans la seule ‘ville’ sur Secundus, siège du gouvernement préfectoral de la planète, et lieu ou les plus grands marchands se côtoyaient (sans doute du fait de la présence de l’astroport). Les dernières troupes de renégats s’y étaient barricadées, mais le commandement du 323e avait l’impression qu’il manquait un commandement efficace (peut-être que les renégats avaient perdus bien plus qu’un simple commandant de compagnie finalement dans la caverne), les troupes entrèrent assez vite dans la ville, alors que l’astroport était pris par les chuteurs du 333e de Deodia. Le combat urbain n’était pas le fort des troupes du 323e, mais elles assurèrent leur part du travail, jusqu’à ce que l’ordre soit donner de stopper alors qu’elles allaient entrer dans le palais du préfet.
C’est alors que Lurt et ses camarades virent pour la premières fois les Troupes de Choc de l’Inquisition, accompagnées par leur Inquisiteur (celui-là même qui les avaient interrogés) ainsi que de deux escouades de jeunes femmes en armure noire et blanche. On répondit à Lurt qu’elles étaient les Très Saintes Filles de l’Empereur, Gardienne de la Sainteté de l’Humanité, elles étaient les Guerrières de l’Adepta Sororitas. Lurt ne comprit pas exactement tout ce que cela voulait dire, mais il comprit assez vite qu’elles étaient puissantes surtout lorsqu’il vit les officiers de son régiment se mettre au garde à vous en les voyant passer, seules deux d’entre elles répondirent d’un simple hochement de tête.

Ce qui se passa après, Lurt et ses camarades ne le surent pas réellement car ils furent appelés auprès du commandement régimentaire. Là, ils virent leur commandant de compagnie en grande discussion avec l’officier Deodian qu’ils avaient sauve sur la montagne, bien d’autres officiers du 323e dont leur General, s’était la première la fois qu’ils le voyaient et en se regardant Lurt et ses camarades se sentir petits et surtout sales dans leurs uniformes tout crottés et un peu rapiécés, même leurs armes n’étaient pas irréprochables mais les voyant hésitant le général leur fit signe d’avancer, ce qu’ils firent en se mettant au garde à vous.
En voyant cela, le général leur dit qu’ils pouvaient se détendre, et qu’au demeurant il se foutait de l’état de leurs uniformes, qu’il n’était pas un de ces foutus officiers cadiens croyant que le paraitre fait l’excellence (Lurt ne savait pas trop ce que voulait dire le général, mais peut lui importait).
Ils restèrent la, au milieu d’officiers supérieurs tous plus décorés les uns que les autres, écoutant ce qu’ils se disaient, et en début de soirée leur commandant de compagnie leur apporta de quoi manger et boire, alors ils se mirent dans un coin à l’écart (presque tapis dans l’ombre, comme à leur habitude d’ailleurs) et se remplir le ventre.
C’est alors que Lurt ressentit cette présence forte, puissante qu’il marqua très vite dans un recoin sombre, il informa ses camarades d’un geste discret mais il remarqua aussi que le colonel Deodian regardait dans la même direction. D’un regard interrogatif, l’officier comprit assez vite le malaise de Lurt, et porta la main à la crosse de son arme.

C’est alors que l’attaque se produisit, un être difforme sortit de l’ombre et attaqua les officiers présents autour de la table, le colonel de 4eme compagnie fut le premier à tomber coupe littéralement en deux par une lame énergétique, puis ce fut le tour des commandants de la 3eme et de la 5eme compagnie.
Les autres réussirent à se jeter de cote et attrapèrent leurs armes mais la chose semblait inhumaine tellement sa mobilité était véloce. Tirant en tous sens, certains officiers réussirent l’exploit de toucher la chose mais aussi de mutuellement s’entretuer. Il était clair que l’objectif de la chose était le général, mais Lurt avait décidé qu’il en serait autrement, il avait été gentil avec lui et ses camarades, ils le défendraient ou périraient en essayant.
Soudain Lurt beugla dans le dialecte des fils de Secundus comme ils se plaisaient a s’appeler (c’était la première fois depuis des années, pourquoi ici et maintenant, c’était un mystère pour Lurt), mais ses camarades réagirent en une fraction de seconde, de même que le colonel Deodian d’ailleurs (comment comprenait-il sa langue natale ?), ils se scindèrent en deux et d’un mouvement tournant soudain ouvrirent le feu dans le vide, au même instant le Deodian attrapait le général et le mettait au sol. Un nuage de sang apparut et la chose se fit visible, alors elle chercha à s’enfuir mais elle fut stopper dans sa course par une femme vêtue d’une combinaison noire (on ne voyait que ses yeux d’un bleu gris persan, elle possédait deux lames énergétiques, et était également armée d’un fusil sniper maintenu dans le dos). La créature fut coupée en deux et mourut dans des gargouillis horribles (à moins que ce ne fut des rires). Avant que la jeune femme ne disparaisse, Lurt eut juste de temps de reconnaître le symbole de l’Inquisition sur son plastron, puis il n’y eut que le silence, vite brise par les secours et les renforts qui arrivaient.
Lurt et ses camarades ne comprenaient pas trop ce qui venait de se passer, mais l’important étant qu’ils n’avaient pas eu de pertes, ce n’étaient pas le cas dans les officiers du commandement régimentaire. Le colonel Deodian avait lui aussi été blesse mais ce n’était pas grand-chose, et le général était sauf en tout cas physiquement. Il remercia Lurt et ses camarades d’un simple hochement de tête, mais cela valait toutes les médailles pour eux.
Alors le colonel Deodian vint vers eux, « cela fait deux fois, il va falloir que je m’acquitte de cette dette, un jour, merci les gars », et il leur sera la main à chacun, eux de simples soldats ils serraient la main à un colonel (la situation était surréaliste).

Apres tout cela, le calme de la foret, et les missions en avant des troupes avaient été presque reposantes pour Lurt et ses hommes, car il avait été promu sergent à la suite de l’épisode de la tente du général, mais c’était juste pour le camp, car en mission ils redevenaient des camarades, des natifs de Secundus, son escouade était d’ailleurs restée a six hommes, peut-être y en aurait-il d’autres mais ils devraient être de Secundus et seulement de là.

Le nettoyage complet de la planète avait pris presque trois ans, les poches de résistance du chaos se faisant plus discrètes, il fallait plus de temps.
Mais au bout du compte, ils les avaient eu tous (enfin le croyait-il !).

Cette chose faite, Lurt pensait pouvoir rentrer chez lui et reconstruire son village, mais on ne part pas comme cela du service de l’Empereur, alors ils furent mis en réserve, et au bout de quelque mois ils commençaient à penser qu’on les avait oublies.

Jusqu’au jour ou …
Revenir en haut Aller en bas
Rinak



Nombre de messages : 208
Date d'inscription : 12/03/2011
Age : 22

MessageSujet: Re: Une journee de plus en Enfer   Mar 20 Déc 2011, 16:21

LA SUITE ! J'ai lu tout d'un coup ! Haaa j'ai adoré !

Rien a redire Smile
Revenir en haut Aller en bas
Hadès



Nombre de messages : 2169
Date d'inscription : 28/12/2006
Age : 39

MessageSujet: Re: Une journee de plus en Enfer   Mar 20 Déc 2011, 22:28

C'es plaisant à lire, mais il faut revoir la mise en page ! Elle a détruit les derniers dixièmes qui me restaient...

Citation :
un sergent vétéran du nom de Zhyme
Hum ? la dernière fois qu'on à eu des nouvelles de lui, il était sur klendathu, non ?

Par contre "le fuseur qui traine par terre", c'est un peu pauvre comme vocabulaire comparé au restant du texte qui est convenable ?

________________________________________________________________________________________________________________________________
Le flood possède plusieurs formes. Tu dois toutes les connaîtres. Tu dois identifier le flood sous ses multiples déguisements et l'extirper du forum. Mieux vaut mourrir en vain que de vivre dans le flood.
Litanie de protection contre les coups de gantelets du staff.

- Les ennemis c'est comme les anniversaires, il ne faut pas les rater et il faut bien les arroser; dixit Frère Gautier, porteur du Saint canon d'assaut
Revenir en haut Aller en bas
frere elric



Nombre de messages : 40
Date d'inscription : 14/12/2011
Age : 45

MessageSujet: Re: Une journee de plus en Enfer   Jeu 22 Déc 2011, 03:57

@ Rinak : merci t'es mon pote toi

@ Hades : merci pour le texte convenable, c'est deja un debut, Le vocabulaire un peu pauvre en fait etait a la base un peu fait expres (c'est un texte narratif sur un gars qui descent de sa montagne, enfin elle n'existe plus mais c'est l'esprit du truc).

Ce bon Zhyme, vivi alors deja il a le grande de sergent instructeur et pas veteran qui serait plustot dans le genre serg chef ou serg major, et en plus sur Klendathu il est 1ere classe (sans doute degrade par le major sur terre apres avoir dechire le feuillet DOR de rico, mais ce n'est que du detail)

voilou merci tout de meme les gens
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une journee de plus en Enfer   Aujourd'hui à 23:06

Revenir en haut Aller en bas
 
Une journee de plus en Enfer
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» UNE JOURNEE EN ENFER
» Upgrade Gilet D'Enfer
» Canon feu d'enfer / batterie tonnerre de feu
» ( PS3 ) Mercenaries 2 : L'enfer des Favelas
» L'Enfer du Jeu - 11/11/11 et suivant - Colomiers

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ULTIM 40K :: +++ ULTIMA LIBRARIUM +++ :: SCRIPTORIUM-
Sauter vers: